CONDUIRE UNE VESPA EN ITALIE : UN VRAI CONTE DE FÉES

CONDUIRE UNE VESPA EN ITALIE : UN VRAI CONTE DE FÉES

C’est la 26e semaine, autrement dit, la dernière semaine d’examens en Belgique. Nous sommes quelque part à Anvers, en train de nous débattre avec les derniers points de matière à étudier. Du sang, de la sueur et des larmes coulent et soudain… un message du Vespa Trip. C’est une invitation à rejoindre un groupe WhatsApp. L’ennui fait immédiatement place à l’excitation, puisque nos vacances en Vespa, situées sur notre liste de choses à faire, sont sur le point de commencer. Nous avons commencé à nous demander quel genre de personnes seraient dans notre groupe (alerte spoiler : ils étaient formidables !) et à rêver en pensant aux voyages qui nous attendaient.

« The Final Countdown » d’Europe résonnait constamment dans nos têtes…

VOILÀ COMMENT TOUT A COMMENCÉ

Nous arrivons à la 27e semaine (enfin !). Un lundi. Une fois arrivées à Pise et après avoir procédé à l’enregistrement à l’hôtel (nous sommes passées devant deux fois tellement nous avions hâte de commencer nos vacances), nous avons décidé qu’il était temps de manger quelque chose. Nous avons donc dégusté une glace à côté de la tour (la vraie vie à l’italienne, n’est-ce pas ?). Nous avons joué les vrais touristes en prenant quelques photos avec nos cornets de glace.

TOUJOURS LA BANANE

Nous sommes mardi et nous savons ce que ça veut dire : il est temps de conduire ! Nous espérions vraiment conduire une Vespa rouge et la chance était vraiment de notre côté ce jour-là puisque nous sommes reparties au volant de Vespas rouges en profitant du paysage et en écoutant un peu de musique douce (K3, Marco Borsato et Shawn Mendes).

Toujours la banane, cette attitude reflète parfaitement tout ce que nous avons ressenti lors de ce voyage.

Même s’il faisait 35 degrés, nous n’avons jamais vraiment souffert de la chaleur. Sur une Vespa, la température est toujours parfaite, même si le vent me donne une tignasse façon Tina Turner.

Pise, Lucques et la région du Chianti. Tous ces endroits ont conquis notre cœur. Mais notre jour préféré reste le dernier. Peut-être parce que c’est à ce moment-là que nous avons pris conscience que ce conte de fées allait bientôt se terminer (nous avons alors essayé d’en profiter deux fois plus). Ou c’est peut-être à cause des paysages à couper le souffle du Montefegatesi, de la route rafraîchissante que nous avons empruntée ou de l’escale à Bagni di Lucca.

Parcourir les routes sinueuses menant à Montefegatesi a été un vrai défi, mais nous nous sommes tellement amusées que le jeu en valait la chandelle. En redescendant, nous nous sommes arrêtées près de la rivière Lima, non loin de Bagni di Lucca. Nous aurions pu y rester pendant des jours. Si on m’avait laissée là-bas, j’y serais probablement encore. Après avoir dégusté un délicieux déjeuner dans cet endroit pittoresque, nous avons piqué une tête dans la fraîcheur d’une rivière. On aurait dit que le temps s’était arrêté. Cet endroit nous a fait oublier tous nos soucis.

Notre dernier voyage en direction de Pise a malheureusement annoncé la fin de cet incroyable voyage sur les routes toscanes. Nous ne pleurons pas, c’est juste le vent…

« Il est maintenant temps de remercier toutes les merveilleuses personnes que nous avons rencontrées là-bas. Cela inclut nos guides touristiques qui se sont très bien occupés de nous. »

Semaine 28. Nous sommes rentrées chez nous, profitant encore des retombées de ce que nous pensons être l’un de nos meilleurs voyages. Certains nous demanderont peut-être si nous avons participé au Tour de France. Nous leur répondrons alors que nos marques de bronzage viennent d’ailleurs. Pour faire court : nous avons adoré ce voyage, tout comme le soleil toscan et les gens que nous avons rencontrés.

De retour à notre hôtel à Pise, nous avons en secret vérifié s’il restait de la place pour la semaine 28 (malheureusement, il n’y avait plus haha).

Une dernière chose : a dopo !

Alix & Amber
The Vespa Trip 2019 – Toscane