La Team Vilain

La Team Vilain

Reading Time: 4 minutes

« Je suis un découvreur, mon but est d’émerveiller. »

Jacques Cousteau

Tout commence par une idée, une envie de découvrir une contrée lointaine, partir à l’aventure pour s’en mettre pleins les yeux… pour tester ses limites et sortir de sa zone de confort. Toute cette expédition a bien failli tomber à l’eau avec notre cher Covid-19, mais nous voila partis direction la suède à six pour, nous ne le savions pas encore, une expérience qui restera dans nos mémoires.

Nos premiers voisins

Après un long trajet avec nos masques, nous arrivons à destination. Une bonne nuit de sommeil, nous récupérons notre matériel et nous voilà lancé sur le lac d’Halen pleins de bonne volonté. Nous avons ramé pendant quelques heures pour arriver au premier Shelter : BÖESTAD. Le camp vite installé, nous avons rencontré nos premiers voisins, les souris et les moustiques, au bonheur de nos dames.

Mon frère et moi avions décidé d’aller pêcher non loin de là. Les premières prises ne se sont pas fait attendre. Je me revois en train de remettre un poisson de petite taille à l’eau ; le malheureux n’a pas le temps de faire un mètre qu’une mouette l’attrapa et s’envola avec son butin sous nos yeux. Le fou rire n’était pas loin et la stabilité du canoë était compromise.

Une nuit sur une île aux allures mystiques

Le lendemain, départ pour le deuxième passage à contre courant dans les rapides. Un moment fort sympathique pour les garçons, nous avons ensuite trouvé un endroit magique, calme, pour nous camper. Première rencontre avec un Balbuzard pécheur (notre Pokémon de la semaine).

« L’aventure continue, tout se passe parfaitement bien, de beaux paysages, le calme que demander de plus. De belles rencontres peut-être ? Cela ne va pas tarder. »

Nous voilà dans le lac Immeln après une nuit sur une île aux allures mystiques. Notre intention était de traverser le lac pour aller voir la réserve naturelle et dormir dans un shelter. Mais bien sur, cela ne se passe jamais comme on le prévoit. Ce jour-là le vent soufflait fort et les bourrasques balayaient encore plus le plan d’eau. Après une tentative de passer plus loin, nous nous sommes heurtés à des « vagues » qui rendaient la navigation délicate tellement le canöe tanguait dans tous les sens. Après quelques frayeurs, nous avons compris qu’il était impossible de passer, nous avons dû rebrousser chemin.

Arriver au troisième passage, il était temps de faire appel à l’ingénieur (mon frère). Il avait eu l’idée de ramener des poulies pour le séjour afin de sortir les canoës de l’eau sans se fatiguer et finalement, elles ont été d’un grand secours. Vous qui me lisez, vous savez de quoi je parle, le poids de l’embarcation chargée.

Révolution et découverte « culinaire »

De retour sur le deuxième lac, fatigué de cette journée, nous avons peiné à trouver un camp où nous établir. Nous avons fini par camper près de FALKÖN. Après s’être installé, nous avons profité d’un magnifique coucher de soleil et d’un bon repas sur le feu. Au menu : Corn, œufs, tortillas, patates et plus encore… Révolution et découverte « culinaire » :

« les marshmallows avec un carré de chocolat… la combinaison parfaite. »

Le lendemain, départ pour la suite de l’aventure. Toujours sur le second lac, nous voulions découvrir une île que des gens rencontré plutôt nous avait indiqué. Nous avons donc pris la direction de Blankaviken.

Sur le trajet, nous avons eu la chance de découvrir un nid de Balbuzare occupé par un couple, l’un étant resté dedans l’autre revenait avec un poisson entre ses serres :

« un spectacle magique ! Sterne arctique, Cormoran et autres spécimens étaient aussi présents sur le lac. »

De belles personnes

Une fois les rapides descendus, nous nous sommes dirigés vers l’île en question. Étant occupée, nous nous sommes arrêté juste avant sur un endroit ensoleillé très sympathique. Une fois le camp cinq étoiles installée, nous nous sommes mis en quête de poissons pour le soir. Les prises étaient correctes, le soleil au rendez-vous. La nuit commençait à tomber et l’heure de l’apéro approchait, les poissons sur le grill, les boissons servies, nous invitèrent des gens rencontré plus tôt afin de partager cette dernière nuit.

Ce qui est sympa dans ce type de voyage, c’est la découverte de lieux magnifiques mais aussi la rencontre avec de belles personnes.

Lors de notre apéro, une invitée de dernière minute, une souris a profité de notre manque de vigilance pour rentrer dans la tente d’un ami. Nous avons dû vider celle-ci pour la faire sortir. Les voisins ont du bien rigoler à nous entendre crier face à ce « terrible » rongeur.

La dernière journée sur le lac était pour la première fois du séjour grise et pluvieuse. Malgré tout, nous trouvions cela sympa de pouvoir découvrir ce que pouvait être l’aventure quand la météo est défavorable. Une fois retournés au point de départ de notre périple, le temps était au repos et au partage de nos aventures.

« Une cerise sur le gâteau fut bel et bien le sauna après quelques jours d’eau pas très chaude pour se laver ; une récompense en soi. »

Pour conclure cette histoire, les mots découvert et émerveillement sont des plus adéquats pour décrire cette expédition. Des moments de fous rires, de dépassements, d’énervements parfois, de reconnecter avec la nature font de ce séjour une magnifique histoire à raconter.

Valentin Lblc
The Canoe Trip – 2020